4G - Entre anathème et désinformation

Publié le samedi 2 février 2013
Cet article a reçu 0 commentaire

La récente polémique suscitée par les propos caricaturaux, voire injurieux, du CEO de Belgacom au sujet de l’impossibilité de déployer un réseau 4G en Région de Bruxelles-Capitale ne laisse personne de marbre. Opposer progrès technologique et avancée environnementale est une pratique courante et récurrente dans le chef des esprits étriqués et conservateurs.

Le 1er mars 2007, à l’initiative des écologistes, le Parlement de notre Région adoptait à l’unanimité un texte volontariste en matière d’ondes électromagnétiques. Celui-ci prévoit une norme exigeante limitant le rayonnement des antennes GSM. Se fondant sur un principe de précaution évident, ce texte vise à concilier progrès technologique et santé publique.

Loin d’être un frein au progrès, cette disposition légale contraint opérateurs de téléphonie mobile et pouvoirs publics au dialogue car la norme bruxelloise implique de limiter la puissance des antennes et, par conséquence, rend nécessaire de multiplier des antennes de faible rayonnement. Ce principe de dialogue nous semble rien de moins qu’une bonne manière de gouverner.

Le secrétariat de la Régionale de BXL