Des logements "passifs" à Woluwe-Saint-Pierre : une priorité et une nécessite

A Woluwe-Saint-Pierre comme à Bruxelles, le secteur du bâtiment est responsable de 75% des consommations d’énergie et de 70% des émissions de CO2. Une trop grande concentration de CO2 est néfaste pour la santé et le CO2 est également le principal gaz à effet de serre à la base du réchauffement de la planète. En construisant des logements "passifs", on contribue à diminuer les factures d’énergie, à réduire les risques pour la santé publique et à protéger la Terre.

Publié le samedi 3 mai 2014
Cet article a reçu 0 commentaire

Pour lire la suite de cet article, veuillez cliquer sur le pdf ci-dessous :

PDF - 176.9 ko