Interpellation sur la stèle commémorative au "Génocide rwandais"

Publié le jeudi 12 mai 2011
Cet article a reçu 0 commentaire

Interpellation sur la stèle commémorative au "Génocide rwandais"

Chaque année, le 7 avril, on commémore officiellement à Woluwe-Saint-Pierre le génocide perpétré au Rwanda contres les Tutsis en 1994. Plus d’un million de victimes innocentes, hommes, femmes, enfants, personnes âgées et bébés, sans la moindre distinction, furent exterminées en l’espace de quelques semaines au seul motif qu’elles étaient nées Tutsis. La cérémonie a lieu notamment au pied de la stèle érigée en souvenir de ce massacre par le Ministère des Affaires étrangères à l’intersection de l’avenue Roger Vandendriessche et la rue Père Eudore Devroye.

La stèle est l’œuvre de l’artiste belge Tom Frantzen et s’intitule "Sous le même ciel". Une plaque commémorative mentionne, notamment en français, "En mémoire des victimes du génocide - Rwanda 1994". Ces quelques mots qui peuvent paraître sobres et bien choisis, en réalité, ne le sont pas. Au contraire, ils sont le prétexte pour les négationnistes et révisionnistes ou les tenants du "double génocide" (Tutsi et Hutu), de transformer ce lieu de mémoire en un endroit de rassemblement au soutien de leur cause. Même si la commune a fini par prendre des mesures pour éviter de telles assemblées inappropriées, qui se déroulaient généralement le 6 avril, date de l’assassinat du Président Hutu, M. Habyarimana, les mots restent gravés dans la pierre.

Dans son discours prononcé à la stèle le 7 avril 2011, M. Gakumba H. Albert, Président de l’association Ibuka-Mémoire&Justice (Belgique), en présence notamment des autorités communales, a rappelé sa demande, appuyée par l’Ambassade du Rwanda, de modification de l’inscription. Il propose de remplacer "En mémoire des victimes du génocide - Rwanda 1994" par ""En mémoire des victimes du génocide contre les Tutsis au Rwanda en 1994".

ECOLO, soutient pleinement la sollicitation d’Ibuka-Mémoire&Justice (association, qui est prête à payer elle-même une nouvelle plaque !) et demande, par conséquent, au Collège des Bourgmestre et Echevins :

quelle est sa position à cet égard ;

d’agir avec diligence en ce sens auprès des autorités fédérales compétentes.

De nombreux et courageux Hutus ont malheureusement aussi été tués en 1994, mais ils l’ont presque toujours été parce qu’ils s’opposaient au génocide des Tutsis et non en raison de leur identité. Comme l’a reconnu l’O.N.U., le terme "génocide" s’applique donc uniquement aux Tutsis. Respectons la mémoire des victimes d’un des plus grands génocides de tous les temps.

Pascal Lefèvre et Claire Renson
Conseillers communaux ECOLO