Interpellation sur les antennes GSM, UMTS et WIFI à Woluwe-Saint-Pierre

Publié le jeudi 30 juin 2011
Cet article a reçu 0 commentaire

ECOLO est déjà intervenu à plusieurs reprises sous l’actuelle mandature communale et a mené diverses actions sur le terrain au sujet de la présence à Woluwe-Saint-Pierre de nombreuses antennes GSM, UMTS et WIFI.

L’objectif d’ECOLO n’est naturellement pas de renoncer à l’usage d’outils de communication efficaces et nécessaires (merci de sortir des ces caricatures grotesques), mais de veiller à ce qu’il y ait un cadre approprié et que des dispositions soient prises pour s’assurer que les ondes électromagnétiques des moyens de communication sans fil n’aient pas d’impact négatif sur la santé de Sanpétrusiens.

Dans ce contexte, il n’aura pas échappé à la majorité MR-CDH, que le Centre International de Recherche sur la Cancer (CIRC) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui n’est pas, jusqu’à nouvel ordre, une filiale d’ECOLO et qui adopte, généralement, des positions très conservatrices, a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme "peut-être cancérogènes pour l’homme", sur la base d’un risque accru de gliome, un type de cancer malin du cerveau (voir, notamment, le communiqué de presse du CIRC/OMS du 31 mai 2011).

Rappelons, par ailleurs, que la localisation des antennes GSM, UMTS et WIFI peut être aisément visionnée sur le site Internet de l’IBPT www.sites.ibpt.be et que l’on y constatera particulièrement bien qu’à Woluwe-Saint-Pierre différentes antennes se trouvent au dessus ou près de populations à risques (enfants, personnes âgées...) ou défavorisées (logements sociaux...) : Collège Jean XXIII, Cité de l’Amitié, etc.

ECOLO souhaiterait savoir du Collège :

(1) quel est le nombre de sites actuel accueillant des antennes-relais GSM, UMTS et WIFI ?

(2) s’il est encore question d’un moratoire ou si la commune envisage de refuser l’implantation de nouvelles antennes, comme Auderghem l’a encore fait récemment pour 8 antennes ?

(3) si l’IBGE effectue régulièrement des contrôles à Woluwe-Saint-Pierre pour vérifier si la réglementation bruxelloise en matière de norme (3 volts/mètre) est respectée, quand ces vérifications ont eu lieu, où (quels sites) et quels sont les résultats de ces contrôles ?

(4) si la commune envisage une approche pédagogique, notamment au sein des écoles communales, sur l’utilisation appropriée des moyens de communication sans fil et les risques encourus ?

Pour le groupe ECOLO
Pascal Lefèvre, Conseiller communal